Que faire à Istanbul en 4 jours? Guide complet des indispensables!

Hello tout le monde !

Comme vous le savez déjà probablement si vous m’avez suivie sur Instagram, j’ai voyagé en Turquie au mois de mai, en commençant par 4 jours dans la plus grande ville du pays : Istanbul. Même si ce n’est plus la capitale turque (qui est Ankara désormais), elle reste quand même le réel cœur financier, économique, et surtout culturel du pays. En effet, l’anciennement dénommée Constantinople possède une culture et un patrimoine historique particulièrement riches, notamment dus à sa localisation unique au point de rencontre entre l’Europe et l’Asie. Oui, la ville est localisée dans les deux continents, traversée par le détroit du Bosphore, plutôt extraordinaire non ? Je ne peux pas tout détailler dans cet article, mais si vous êtes intéressés par l’histoire d’Istanbul, je vous conseille de regarder les centaines d’ouvrages ou d’articles en ligne à ce sujet. Vous comprendrez très vite ce que je veux dire !

Pas étonnant que je sois directement tombée amoureuse de cette ville hautement fascinante. Mais face à tant de passé historique et culturel, il est facile de se sentir perdu et depassé ! Istanbul possède suffisamment de lieux d’intérêt pour au moins 2 semaines, donc comment sélectionner les endroits les plus intéressants, et savoir où aller, quand et comment ? Plus d’inquiétude ! Vous trouverez dans cet article la liste des 10 endoits à voir absolument dans la ville, et une suggestion d’itinéraire à la fin également, afin de gagner du temps et de tout voir dans le meilleur ordre ! Testé et approuvé, comme toujours.

Prêt(e/s) ? C’est parti – Je vous emmène dans les meilleurs spots d’Istanbul, ses recoins cachés et plus belles merveilles !

1. La Place Sultanahmet & tous les monuments qui la composent

Le tout premier endroit qu’il vous faut explorer est la très célèbre Place Sultanahmet. Tellement célèbre que vous en avez probablement déjà entendu parler, ou même basé votre séjour à Istanbul sur cette visite. Ce qui la rend absolument obligatoire, c’est qu’en plus d’être une sublime place avec sa fontaine centrale, elle agit en fait comme un connecteur entre la Mosquée Bleue et la Basilique Sainte Sophie, qui sont les réelles attractions ici – je vous en parle juste après. Elles sont purement l’une en face de l’autre (je n’avais pas réalisé à quel point avant d’y être). Toute cette zone est très vivante, probablement la plus touristique d’Istanbul, et définitivement un immanquable !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3913-1440x960.jpg.

Quand y aller?

🕒 6h – 8h / le soir

Mon conseil n’est pas très original car c’est celui que je donne toujours, mais si vous voulez éviter la foule, il faut y être tôt ! Vérifiez l’heure du lever de soleil à la période de l’année à laquelle vous y serez, et allez-y en fonction. Pour nous, c’était bien jusqu’à 8h du matin (nous y étions en mai, et le soleil se levait à 6h30). Mais soyez sûr(e)(s) de vous y rendre également à un autre moment de la journée pour ressentir l’atmosphère et l’animation du lieu à midi ou le soir par exemple ! C’est toujours mieux de voir un endroit à différents moments et de constater les changements.

Infos pratiques :

  • Accès gratuit – rien ne ferme la place donc vous pouvez vous y promener à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit !
  • Vous trouverez une multitude de food trucks un peu partout sur la place, vendant à peu près tout ce dont vous pourriez avoir besoin : des pâtisseries pour le petit déjeuner, des snacks pour le déjeuner et dîner, des boissons …
  • La station de tram la plus proche s’appelle Sultanahmet – facile – sur la ligne 1. La meilleure option néanmoins est probablement de séjourner au moins 1 nuit ou 2 dans un hôtel à proximité et d’y aller en marchant depuis celui-ci.

> Sainte Sophie (Ayasofya Müzesi)

Après avoir admiré la place de tous les côtés, il est l’heure de visiter l’intérieur des monuments qui la composent ! Entre les deux grandes mosquées, je vous conseillerais de commencer par la Basilique Sainte Sophie. En effet, c’est la plus grande et la plus ancienne, donc logiquement la plus rapidement bondée. Une autre option est bien entendu d’en visiter une le premier jour et l’autre le lendemain, comme vous le sentez – c’est ce que l’on a fait, comme expliqué dans l’itinéraire plus bas (fin de l’article).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3891-1440x960.jpg.

Un peu d’histoire :

Sainte Sophie, qui signifie « Sainte Sagesse » (du grec Αγία Σοφία), a été construite en 537. Pendant 916 ans, elle a été la cathédrale patriarcale chrétienne et grecque orthodoxe principale de l’est. Référence absolue en termes d’architecture byzantine, elle était l’ancien point focal de l’Eglise Chrétienne durant ces presque 1000 ans. Mais elle est transformée en mosquée impériale ottomane en 1453, suite à la conquête d’Istanbul par le Sultan Mehmet II Fatih le Conquérant. Quatre minarets sont ajoutés à la structure, de même que d’autres symboles islamiques, et beaucoup de reliques, mosaïques et représentations chrétiennes sont alors détruites ou recouvertes. Par la suite, Sainte Sophie reste une mosquée pendant 482 ans, jusqu’à ce que la République de Turquie la convertisse en musée en 1935. En 2019, le président turc a annoncé que cela pourrait redevenir une mosquée, mais rien n’est sûr. Le site est également classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Sainte Sophie attire près de 3,3 millions de visiteurs chaque année, ce qui fait d’elle, d’après les données sorties par le Ministère du Tourisme et de la Culture turc, l’attraction touristique la plus visitée en Turquie. Avant la construction de la Mosquée Bleue en 1616, c’était la mosquée principale d’Istanbul, et elle a inspiré la plupart des autres constructions ottomanes de la ville (y compris la Mosquée Bleue).

Mais qu’en est-il de l’intérieur?

En accord avec son histoire très étendue et ses différents statuts religieux au fil du temps, l’intérieur est très pluriel et absolument incroyable. Une vraie combinaison entre le christianisme et l’islam, symbole du syncrétisme, suffisamment rare pour être complètement unique et sublime. Vous pourrez admirer des représentations venues des deux religions, et la partie musée vous donnera aussi toutes les clés pour encore mieux comprendre l’histoire du lieu. C’est honnêtement l’un des endroits les plus impressionnants et intéressants que j’ai jamais vus, particulièrement grâce à cette réunion entre les deux cultes, cultures et héritages patrimoniaux.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_6603-2.jpg.

Infos pratiques :

  • Coût d’entrée – 60 Lyra Turcs (TL) par personne (environ 9€) [Gratuit pour les enfants en dessous de 8 ans]
  • Ouvert 7 jours sur 7. De 9h à 17h en hiver (Novembre à Mars), dernière entrée à 16h / De 9h à 19h en été (Avril à Octobre), dernière entrée à 18h.
  • Je vous recommande d’y aller directement à l’ouverture – en fait, soyez même sur place 30 minutes en avance (à 8h30) si vous voulez être parmi les premiers à faire la queue et profiter de quelques minutes sans trop de foule à l’intérieur. À 9h il y avait déjà une centaine de personnes derrière nous!
  • La station de tram la plus proche est la même que pour la place – toujours Sultanahmet sur la ligne 1.
  • Sachant que c’est désormais un musée et non plus un lieu religieux, il n’est pas nécessaire de se couvrir pour visiter Sainte Sophie.

> La tombe du Sultan Ahmed I.

Sur le chemin vers la Mosquée Bleue, ou pour quitter la place, il y a un bâtiment plus modeste avec un dôme. Vous ne le verriez pas forcément au premier regard, mais si vous faites plus attention, vous trouverez la tombe du Sultan Ahmed I. (Sultanahmet Türbesi), ou Ahmet le 1er, accompagné de sa famille. C’est lui qui a donné son nom à toute la place et à la Mosquée Bleue également (plus d’informations plus loin ci-dessous).

Il ne fait pas partie des plus célèbres à visiter à Istanbul, mais l’endroit est littéralement sur le chemin entre les deux mosquées, au milieu de la place, et donne une bonne idée de ce à quoi ressemble la plupart des tombeaux royaux en Turquie. La visite vaut également le coup en termes d’architecture – les mosaïques et peintures sont extrêmement belles.

Infos pratiques :

  • Entrée gratuite – vous pouvez y aller quand vous le souhaitez, c’est petit mais les gens y vont les uns après les autres afin que cela reste relativement calme.
  • Ouvert de 8h30 à 18h45 tous les jours sauf le lundi.
  • Il vous faudra retirer vos chaussures, couvrir vos genoux et vos épaules avant d’entrer, et les femmes doivent également se couvrir les cheveux, le plus souvent avec un foulard, comme dans tous les lieux musulmans. Image ci-dessous pour vous donner une meilleure idée de la tenue appropriée.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

> Mosquée Bleue (Sultanahmet Camii)

Enfin, il est temps d’explorer la seconde mosquée de la place : la célèbre Mosquée Bleue! Dénommée Sultanahmet Camii en turc, elle a été construite entre 1609 et 1616 sous le règne du Sultan Ahmed I, ce qui explique son vrai nom. On la surnomme Mosquée Bleue en raison des carreaux bleus qui entourent les murs de sa décoration intérieure. Regardez ci-dessous et vous comprendrez directement!

Pour entrer en tant que touriste, vous devez approcher depuis le côté ouest de la mosquée, où se trouve l’Hippodrome. C’est très facile à trouver. Malheureusement, la Mosquée Bleue est en rénovation jusqu’à fin 2020 (d’après ce que j’ai trouvé sur Internet), donc vous ne pourrez pas en voir toutes les parties si vous y allez avant. Mais même avec les travaux en cours, on peut toujours se rendre compte de sa grandeur et de sa magnificence. De mon point de vue, ce n’est honnêtement ni la plus impressionnante ni la plus belle d’Istanbul, d’autant plus avec la rénovation actuelle, mais la visite vaut quand même le coup. Ses six minarets particulièrement la rendent également unique de l’extérieur, ce qui explique probablement pourquoi elle est l’un des symboles les plus connus de la ville.

Photo prise depuis la Place Sultanahmet

Pour visiter l’intérieur, attention !

À l’inverse de Sainte Sophie, la Mosquée Bleue est toujours active au delà d’être une attraction touristique. Par conséquent, elle est fermée aux non fidèles pendant environ 90 minutes pour chacune des cinq prières quotidiennes (six si vous comptez celle d’avant l’aube). Dès que vous entendez l’Ezan (l’appel à la prière) chanté depuis l’un des minarets, alors vous savez que vous ne pourrez pas la visiter durant la prochaine heure et quelques – à moins que vous ne souhaitiez prier également, ce qui est possible, mais dans ce cas merci de noter que les photos ne sont pas autorisées sur ce temps là.

Heures d’ouverture 🕒 de 8h30 jusqu’à 1h avant le coucher du soleil

Les heures de prière changent tous les jours puisqu’elles sont calculées en fonction de la rotation de la Terre autour du soleil, et autres facteurs. Néanmoins, pour organiser votre visite sans prendre de risques, vous pouvez vérifier ce site internet qui donne les horaires exacts des prières journalières. C’est en turc mais les heures sont clairement indiquées. Ainsi, vous pouvez y aller en fonction.

Évitez particulièrement d’y aller les vendredis midis car la prière de mi-journée est plus longue ce jour là!

Infos pratiques :

  • Entrée gratuite – on vous invitera peut-être à donner pour la mosquée mais ce n’est pas obligatoire du tout!
  • Je vous conseille d’y aller le matin entre 9h et 11h, c’est l’un des “moments de visite” les plus sûrs par rapport aux heures de prières. C’était parfait pour nous. Le vendredi entre 14h et 16h est également un bon créneau.
  • Avant d’entrer, on vous demandera de retirer vos chaussures et de les mettre dans un sac plastique donné par le personnel. Comme toujours, couvrez également vos genoux et vos épaules, ainsi que les cheveux pour les femmes. Des foulards pour la tête sont toujours disponibles à l’entrée de tout monument religieux! J’inclus à nouveau ci-dessous un exemple de tenue adaptée.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Si certaines personnes vous proposent d’entrer dans la mosquée sans faire la queue, ignorez-les! Ces gens essaieront le plus souvent de vous vendre quelque chose ou de vous emmener dans quelconque marché. Ne vous inquiétez pas si la file a l’air très longue, cela avance plutôt vite, donc restez!

> Rooftop du Seven Hills Hotel

Maintenant que vous avez exploré la place Sultanahmet et toutes ses attractions et monuments principaux, un seul endroit manque afin de compléter votre expérience totale de cette zone. Et cet endroit, c’est… un rooftop! Bien entendu!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4006-1440x2160.jpg.

Situé en haut du Seven Hills Hotel, just derrière la place Sultanahmet, ce rooftop offre un panorama à 360° sur le Bosphore, à la fois Sainte Sophie et la Mosquée Bleue, et l’ensemble du quartier. C’est en fait un restaurant en terrasse, mais vous pouvez aussi juste y boire un verre si vous ne souhaitez pas y manger. Vous pouvez toujours regarder leur menu ici. Je ne peux pas m’exprimer sur la qualité des plats étant donné que nous avons précisément seulement pris un verre de vin de notre côté, mais honnêtement la vue en vaut mille fois la peine de toute façon! L’un des plus beaux couchers de soleil en ville que j’ai vus.

Il n’y a absolument pas besoin d’être client de l’hôtel lui-même pour profiter du rooftop! Vous pouvez vous y rendre directement à l’heure de la journée que vous préférez, précisez que vous venez pour le restaurant en hauteur et prenez l’ascenseur direct. Facile!

Infos pratiques :

  • Vous n’avez pas besoin de payer au préalable pour accéder au rooftop mais vous ne pourrez y rester que si vous prenez effectivement quelque chose – évidemment. Le lien du menu est plus haut. Pour nos 2 verres, nous avons payé 70 TL (environ 11€), ce qui n’est donc pas excessif selon moi.
  • La station de tram la plus proche est toujours la même que pour la place – Sultanahmet sur la ligne 1.
  • Je vous recommande d’y aller pour le coucher de soleil, lorsque la lumière y est la plus belle, et que c’est également le meilleur moment pour un verre ou un dîner agréable. Vérifiez l’heure du coucher de soleil sur votre application météo et allez-y environ une heure avant! Profitez bien, vous me remercierez plus tard 🙂

2. Kubbe Istanbul

Maintenant que vous avez vu la zone la plus touristique d’Istanbul d’à peu près tous les angles, il est temps d’explorer davantages de merveilles, un peu plus cachées! En commençant par cet autre rooftop, qui a vue bien plus étendue et impressionnante sur la ville : le Kubbe Istanbul. Vous pourrez y passer autant de temps que vous le souhaitez à admirer le panorama tout en buvant des tasses de thé et/ou café turcs en illimité sur un tapis turc, en mangeant des fraises et des loukoum et en câlinant des chats. Oui oui je vous assure, c’est aussi cool que ça!

Cerise sur le gâteau : ce lieu est avant tout connu pour l’énorme quantité d’oiseaux qui le survolent constamment! Incroyable? Et bien c’est en fait très simple : ils sont nourris par Harun, le propriétaire du rooftop! Il les appelle même simplement avec sa voix parfois, ce qui est assez drôle et impressionnant à voir. Harun et sa partenaire sont d’ailleurs absolument adorables et accueillants, et nous avons vraiment apprécié les quelques heures que nous avons passées avec eux. Une autre bonne raison d’y aller!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4109g-1440x2160.jpg.

L’endroit étant relativement nouveau et encore “secret”, il n’est pas facile du tout de le trouver, même s’il commence à devenir plus populaire grâce à Instagram. Il nous a fallu 2 essais sur 2 jours différents, une bonne heure et les indications approximatives de 5 locaux (parmi lesquelles une seule s’est avérée correcte au final) pour finalement y arriver! Donc laissez moi vous expliquer comment l’atteindre plus facilement que nous.

Google Maps vous donne bien la bonne localisation lorsque vous tapez “Kubbe Istanbul” – je vous le précise car nous pensions que ce n’était pas le cas en arrivant sur place, mais en fait si. Vous pouvez aussi chercher “Pak Pide Pizza Salonu”. Après avoir suivi le chemin indiqué, vous vous retrouverez dans une toute petite rue avec des escaliers. Ne descendez pas trop dans la rue – ou bien suivez la en montée si vous arrivez par le bas. Ensuite, tournez dans la petite ruelle un peu douteuse que vous trouverez sur votre droite si vous arrivez du haut, sur votre gauche si vous venez du bas – et montez les escaliers pour atteindre le rooftop. Vous ne verrez pas de signalétique “officielle”, vous aurez l’impression que ces escaliers ne mènent nulle part : c’est normal ! Si malgré ça vous vous perdez, demandez à un local où se trouve le “kubbe” ; cela veut en fait dire “dôme”.

Voici ci-dessus les escaliers qu’il vous faudra monter! Sauvegardez ces photos pour pouvoir comparer lorsque vous serez sur place!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_7320-1440x1800.jpg.

Cet endroit ne fait pas partie du rooftop le plus haut géré par les propriétaires, il se trouve juste en dessous, un peu avant. Vous pouvez emporter un pique-nique et profiter de cette vue gratuitement – mais vous n’aurez pas les oiseaux et autres.

Infos pratiques :

  • Pour vous asseoir sur le rooftop principal et profiter des boissons, vous paierez une sorte de package: 50 TL par personne (7,60€) pour une quantité illimité de tasses de thé, café et verres d’eau, de photos et de temps. À certains moments, il faudra peut-être que vous vous déplaciez d’un point à un autre en fonction de là où les autres clients veulent prendre leurs photos, mais sinon vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. Du moins jusqu’à ce qu’ils deviennent beaucoup plus connus j’imagine!
  • Ils offrent également un service de vidéo au drone si vous voulez en repartir avec un souvenir en plus. Cela nous a coûté seulement 25TL supplémentaires parce que l’on a beaucoup discuté avec les propriétaires mais je crois que cela coûte normalement 50 TL. Cela reste plutôt raisonnable à mes yeux.
  • Pas besoin d’y aller tôt le matin ou à un moment spécifique de la journée! Sachant que l’endroit est privé et “insta-friendly”, c’est facile d’y prendre des photos, donc vous pouvez y aller à n’importe quel moment entre les heures d’ouverture : de 9h à 20h, du lundi au samedi.
  • L’arrêt de tram le plus proche est Beyazıt, sur la ligne 1. Vous pouvez aussi y venir par ferry si vous êtes de l’autre côté de la ville, ou bien à pied si vous êtes plus proche, c’est à seulement 15min de Sultanahmet.

3. La Mosquée Süleymaniye

Lorsqu’il s’agit de mosquées à Istanbul, la plupart des gens ne connaissent que Sainte Sophie ou la Mosquée Bleue. Mais si elles valent complètement leur réputation, pour toutes les raisons que je vous ai données plus haut, elles n’en demeurent pas pour autant les plus belles selon moi. La Mosquée Süleymaniye, au contraire, m’a instantanément coupé le souffle.

Construite en haut de l’une des sept collines de la ville entre 1550 et 1557 par l’architecte Sinan pour le Sultan Soliman le Magnifique, elle est visible d’assez loin. Son architecture est sublime et forme en réalité un vrai complexe, incluant un grand parc, une école coranique, des hammam, un hôpital, plusieurs tombeaux et patios, et autres. Ce qui m’a impressionnée avant tout est la magnifique cour intérieure qui entoure l’entrée de la mosquée.

Je vous recommande définitivement de prendre le temps d’explorer le complexe en entier, pas seulement la mosquée en elle-même. Les tombeaux royaux en particulier méritent votre attention : à l’intérieur, reposent les corps du Sultan Soliman le Magnifique et de sa femme favorite. Ils sont incroyablement sculptés et décorés de mosaïque, comme ci-dessous. Le jardin qui entoure les tombes est également très beau, et bien sûr l’intérieur de la mosquée l’est tout autant.

Infos pratiques :

  • Comme pour toutes les mosquées, l’accès est entièrement gratuit. Comme toujours, vous devrez couvrir vos épaules, genoux, et cheveux si vous êtes une femme. Retirer vos chaussures sera également obligatoire bien sûr.
  • L’arrêt de métro et bus le plus proche est Vezneciler. En tram, il faut descendre à Beyazıt ou Laleli – Üniversite sur la ligne 1.
  • Ouverte tous les jours de 9h à 18h, elle ne sera pas bondée peu importe quand vous y allez. Néanmoins, comme toutes les mosquées à nouveau, elle ferme au moment des heures de prière donc faites attention. Je vous donne toutes les infos et conseils à ce sujet plus haut, dans la partie dédiée à la Mosquée Bleue.

4. La tour et le quartier de Galata

Le quartier de Galata est l’un des plus branchés de la ville. Situé de l’autre côté du Galata Köprüsü, qui signifie simplement “le pont de Galata”, c’est le premier spot en dehors de la vieille ville de cette liste. Situé en hauteur, il est principalement constitué de ruelles étroites et de marches, donc soyez prêts à faire de l’exercice! Ainsi, cette zone est avant tout devenue célèbre pour la tour de Galata (Galata Kulesi en turc), une tour médiévale en pierre construite au 5e siècle tout en haut de la colline, surplombant la ville entière et le Bosphore. Elle a également servi de prison à un moment!

Mais cette tour n’est pas la seule attraction sur place! Vous trouverez une grande quantité de cafés, boutiques et restaurants aux alentours, tous très mignons et branchés. Galata, c’est en fait le quartier “hipster” d’Istanbul, comme il est décrit, et on a pu constater pourquoi. Cela veut aussi dire que c’est assez bondé la plupart du temps, mais c’est ce qui rend l’atmosphère du lieu aussi vibrante!

Sur le chemin pour y aller, ou pour en revenir, faites en sorte de traverser le pont à pied également – pas seulement en bus ou en voiture. Il y a beaucoup de choses à voir sur ce pont un peu “spécial”, puisqu’il est sur deux étages. Au niveau supérieur, les locaux viennent pêcher, comme vous pouvez le voir ci-dessous, et en dessous, au niveau inférieur, vous trouverez une allée de restaurants au bord de l’eau. Ces restaurants sont clairement faits pour les touristes et probablement des arnaques (nous n’avons pas essayé donc je ne peux pas confirmer) mais c’est sympa de se balader juste pour voir.

Infos pratiques:

  • La tour est ouverte tous les jours de 9h à 20h30. Étant donné la très longue file qui s’étendait en face lorsque nous y sommes allés, je vous recommande d’y aller le matin si vous souhaitez visiter l’intérieur!
  • Le ticket coûte 25 TL (3,80€) pour monter admirer la vue d’en haut.
  • La station de métro la plus proche est Şişhane sur la ligne 2, et cela vous emmène déjà en haut de la colline. En tram au contraire, il faudra s’arrêter à Karaköy İstasyonu, et ensuite grimper tous les escaliers de là jusqu’au centre de Galata. Une autre option est sinon de prendre un funiculaire (qui part de Karaköy en face de l’arrêt de tram) pour monter jusqu’à Beyoğlu et ainsi éviter les marches.

5. Le quartier de Karaköy

Avant ou après l’exploration de Galata, il faut aussi aller faire un tour dans les rues de Karaköy, juste à côté. Le long de la côte du Bosphore, ce quartier mélange à la fois les activités portuaires industrielles et les petites ruelles animées faites de cafés et d’endroits où sortir le soir. C’est une association très intéressante et un lieu super pour prendre un verre à la fin de l’après-midi ou en soirée!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_6132-2-1.jpg.

La plupart des cafés, restaurants et pubs sont décorés avec beaucoup de couleurs et de détails, ce qui crée une ambiance très spéciale. De plus, il y a aussi beaucoup de fresques murales dans les rues ; en bref, tout le quartier est rempli d’art! Et sa plus célèbre représentation n’est qu’autre que cette rue au ciel de parapluies. Vous trouverez sa localisation exacte via ce lien.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_5906-1440x1920.jpg.

Infos pratiques :

  • Si vous voulez prendre des photos sans personne, comme toujours il faut y aller tôt le matin, car l’endroit s’anime assez rapidement par la suite, surtout le soir! Pour autant, selon moi il faut quand même venir sentir l’ambiance lors d’un verre en fin d’après-midi par exemple.
  • Si vous y allez en transports, je vous recommande de partir soit de l’arrêt de tram Tophane, soit de l’arrêt Karaköy İstasyonu, de vous balader dans le quartier, puis de terminer à l’autre station – selon celle de laquelle vous êtes parti(e)(s), pour éviter de revenir sur vos pas. Le quartier s’étend d’un arrêt à l’autre et ils sont tous deux sur la ligne 1 du tram donc c’est très facile.

6. Explorer les marchés: le Grand Bazaar d’Istanbul & le Bazaar aux Épices Égyptien

Vous ne pouvez pas quitter Istanbul sans visiter au moins un bazar. Il y a énormément de ces grands marchés couverts, mais les plus connus et les plus touristiques sont le Grand Bazaar (Kapalı Çarşı en turc) et le Bazaar aux Épices Égyptien (Mısır Çarşısı en turc). À l’intérieur, vous trouverez tous les produits traditionnels comme des lanternes, tapis ou des bijoux par exemple, mais également de la nourriture typique, épices, pâtisseries, etc. Certains vendeurs offrent également des contrefaçons de grandes enseignes (chaussures, sacs, lunettes de soleil, …). Mais pas besoin d’acheter quoi que ce soit si vous ne voulez pas! C’est également très marrant de simplement se promener à l’intérieur et se perdre dans le labyrinthe de couleurs, d’odeurs et de richesses culturelles.

> Le Grand Bazaar

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_6619.jpg.

Infos pratiques :

  • Ouvert de 9h à 19h tous les jours sauf le dimanche.
  • Si vous prévoyez d’acheter quoi que ce soit, soyez prêts à une longue et intense négociation. Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, négocier les prix fait partie de la coutume locale ; acheter sans négocier sera en fait interprété comme une offense par les locaux!
  • L’arrêt de tram et de bus le plus proche est Beyazıt.

> Le Bazaar aux Épices Égyptien

Infos pratiques :

  • Ouvert de 8h à 19h du lundi au samedi / 9h30 à 19h le dimanche. Attention cependant, il ferme pendant les jours fériés ou religieux.
  • Celui-ci est davantage spécialisé dans les épices, évidemment, mais aussi les produits textiles et la nourriture en général (noix, huiles, douceurs, fruits…).
  • La station de tram la plus proche est Eminönü sur la ligne 1.

7. Le quartier de Balat

En pensant à l’ancienne capitale byzantine, la plupart des gens (moi y compris avant d’y aller) n’en imaginent pas tous les aspects. Le quartier de Balat par exemple est l’un de ces endroits inconnus et “inattendus” que l’on peut trouver à Istanbul. Même s’il est en train d’acquérir une certaine notoriété avec les années, c’est encore une merveille très secrète que la plupart des touristes ne visitent pas. Mais il serait vraiment dommage de manquer ce vieux quartier rempli de cafés et de sublimes maisons en bois colorées!

Le quartier de Balat pourrait être résumé comme le mix ultime entre toutes les cultures existantes à Istanbul après des milliers d’années d’histoire et d’héritage pluriel. Vous trouverez dans ce même espace des synagogues juives, des églises chrétiennes et des mosquées musulmanes, ainsi que des personnes de toutes les origines également. Cela donne une atmosphère très particulière à cette partie de la ville, presque comme si l’on avait soudainement quitté le pays! Balat est aussi de plus en plus en train de devenir un quartier très hipster, puisqu’ils ont transformé les vieux bâtiments délaissés en cafés branchés et boutiques design.

Le Phanar Greek Orthodox College (photo au dessus à gauche), lycée grec orthodoxe de couleur rouge surplombant toute la zone, est déjà une attraction en lui-même. Malheureusement, nous n’avons pas trouvé s’il était possible d’en visiter l’intérieur, et comment. Mais l’endroit le plus iconique reste celui ci-dessous : les maisons alignées de Kiremit street, peintes en couleurs pastel, situées plus précisément à l’angle de Kiremit Cd. & Usturumca Sk.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4190-1440x2160.jpg.

Infos pratiques :

  • Je ne recommande pas de moment spécifique dans la journée pour y aller ; nous y étions au milieu de l’après-midi et c’était très calme.
  • Le moyen le plus facile de se rendre à Balat est le bus ou le ferry: l’arrêt s’appelle Fener pour les deux et vous dépose directement en face de la rue principale.

8. Mosquée et quartier d’Ortaköy

Ortaköy, qui signifie “village du milieu” en turc, fait partie du district de Beşiktaş (l’une des 39 municipalités à Istanbul). Comme son nom l’indique, c’était autrefois un petit village, situé sur la rive européenne du Bosphore mais s’avançant légèrement dans le détroit entre l’Europe et l’Asie. Par conséquent, et logiquement, très lié à la proximité avec l’eau, cet ancien village de pêcheurs est désormais complété intégré dans la ville mais a conservé son atmosphère spécifique. Il peut paraître un peu loin de la vieille ville, mais croyez moi, il faut absolument que vous passiez un peu de temps là-bas!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_6999-1440x1920.jpg.

L’attraction principale à Ortaköy, c’est sa magnifique mosquée, de son nom turc originel Mecidiye Camii, qui a beaucoup de particularités. Premièrement, son style néo-baroque la rend très différente des autres mosquées d’Istanbul, en particulier les sublimes chandeliers en cristal et grandes baies vitrées très détaillées décorant l’intérieur. L’aspect extérieur est assez spécial également, et a en réalité été inspiré de l’Opéra Garnier à Paris, lorsque les architectes ont conçu et construit la mosquée de 1854 à 1855. Tous ces éléments rendent la Mosquée d’Ortaköy extrêmement moderne et emplie de lumière, une vraie merveille!

Mes photos ne montrent pas la beauté réelle de l’intérieur puisqu’il y avait une cérémonie en cours lorsque nous avons visité, que je ne voulais pas interrompre avec le son de mon appareil – donc je les ai prises avec mon Iphone. La dernière photo ci-dessous vous donne une meilleure représentation – les crédits vont à @ayda_june pour celle-ci!

Autre spécificité, le pont du Bosphore, édifié entre 1970 et 1973 derrière la mosquée. Il y ajoute maintenant une autre touche moderne! La mosquée d’Ortaköy est ainsi la seule avec un arrière plan aussi original, et au bord de l’eau en plus! C’est particulièrement magnifique dans la lumière du matin, lorsque les rues sont encore calmes, au son des vagues qui s’écrasent sur la rive et la multitude d’oiseaux qui volent autour.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4272-1440x2160.jpg.

L’autre chose à faire à Ortaköy, entre autres, est de goûter à la spécialité locale : le Kumpir, une pomme de terre géante cuite au four avec du beurre et du fromage, puis remplie de la garniture de votre choix. Maïs, champignons, olives, chou, tomates, etc, vous pouvez choisir ce que vous préférez entre des dizaines d’ingrédients et en ajouter autant que vous le souhaitez pour le même prix : 25 TL (4€).

Je dédierai un autre article complet à la gastronomie turque en général mais je ne pouvais pas parler d’Ortaköy sans mentionner ce repas si délicieux et typique, que vous ne trouverez qu’ici et qu’il faut absolument goûter!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_7053-1-300x400.jpg.

Infos pratiques :

  • La mosquée d’Ortaköy est ouverte de 9h à 18h, et gratuite bien sûr. Comme toujours, il faudra vous couvrir les épaules, genoux, et cheveux pour les femmes si vous allez à l’intérieur. Attention à nouveau, elle ferme pendant les heures de prières comme toutes les mosquées (expliqué plus haut).
  • Je vous recommande de passer au moins une demi-journée à Ortaköy, de préférence le matin, pour que vous puissiez profiter du calme aux premières heures de la journée, visiter la mosquée, puis sentir l’atmosphère plus vivante du lieu vers midi, en savourant un délicieux Kumpir près de l’eau. Cela peut aussi faire une bonne transition entre la vieille ville et la partie asiatique d’Istanbul si vous prévoyez d’y aller également. Jetez un œil à l’itinéraire que je joins à la fin de l’article, c’est ce que nous avons fait et c’était parfait!
  • Pour rejoindre cette zone, le plus facile est de prendre un bus ou un taxi – l’arrêt de bus le plus proche est soit Kabatas Lisesi soit Ortaköy. Un ferry peut aussi vous déposer là directement, si vous venez du côté asiatique justement par exemple. Si vous préférez prendre le tram, vous pouvez descendre à Kabataş, qui est le terminus de la ligne 1, tout proche du palais de Dolmabahçe. Mais ensuite il vous faudra marcher tout droit pendant 35 bonnes minutes pour rejoindre le centre d’Ortaköy.

9. Dolmabahçe Palace

Sur le même boulevard qu’Ortaköy, en suivant la côte du Bosphore, vous trouverez le Palais de Dolmabahçe. Construit entre 1842 et 1853, par les mêmes architectes que la mosquée d’Ortaköy, il fut la résidence des derniers sultans ottomans à partir de là, et le centre administratif de la fin de l’Empire Ottoman jusqu’en 1922. Ensuite l’abolition du califat fut signée, et la propriété du palais entra dans l’héritage national de la nouvelle République Turque. C’est désormais un musée qui vous montre les jardins, la décoration intérieure laissée comme elle était, et où l’on vous explique comment vivaient les sultans à l’époque. Tellement intéressant de tout apprendre au sujet de leur culture et mode de vie!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4368-1440x2160.jpg.

Dolma-bahçe en turc signifie “jardin rempli”. Ce nom provient du fait que les jardins impériaux existants ont été créés en empiétant sur le Bosphore d’abord, grosso modo en “remplissant” une anse, et ensuite le palais fut construit au milieu de ces magnifiques jardins. Sa surface complète couvre 45,000 m² avec 285 pièces, 44 salles, 6 hammams et 68 salles de toilette, en 3 parties distinctives : les quartiers réservés aux hommes, les pièces de cérémonie, et enfin le Harem et les appartements de la famille du sultan.

Symbole de luxe moderne, le palais est tout simplement sublime de l’intérieur comme de l’extérieur. Sa construction a coûté cinq millions de livres d’or ottomanes, l’équivalent de 35 tonnes d’or, parmi lesquelles quatorze tonnes utilisées pour décorer les plafonds du palais à la feuille d’or. Je pense que cela résume plutôt bien à quel point il est luxueux et magnifique! D’ailleurs, pour rentrer il vous faudra recouvrir vos chaussures de “sacs plastiques” élastiqués donnés sur place directement.

Néanmoins, il est absolument interdit de prendre des photos à l’intérieur du palais pendant la visite. J’ai quand même pris quelques rapides clichés avec mon téléphone (chuuut ne le dites à personne) parce que je voulais vous donner une idée de ce à quoi cela ressemble mais soyez certains que c’est bien plus beau et impressionnant en vrai que ce que vous pouvez voir ici. Oh et s’il vous plaît ne me dénoncez pas – oups – c’était exprès pour vous 🙂

Le lustre que vous voyez ci-dessus est le plus grand chandelier en cristal de Bohême dans le monde, et il trône au milieu du grand salon de cérémonie. Il contient 750 ampoules et pèse 4,5 tonnes! D’ailleurs, le palais de Dolmabahçe possède la plus grosse collection de chandeliers en cristal de Bohême et de Baccarat à l’échelle mondiale, ainsi qu’un célèbre et monumental escalier à balustrade fait entièrement en cristal de Baccarat. Sans mentionner les centaines de tapis turcs très précieux faits sur mesure pour cet endroit, etc etc… Pas étonnant que ce palais soit le plus grand et le plus luxueux de toute la Turquie!

Mais l’extérieur lui-même est déjà plutôt impressionnant! En particulier grâce aux nombreuses portes comme celles-ci, menant aux somptueux jardins ou faisant face à la mer.

Infos pratiques :

  • Ouvert de 9h à 16h, du mardi au dimanche / Fermé le lundi. Évitez le milieu de la journée pour votre visite ; l’heure d’ouverture ou de fermeture sont de meilleurs moments. Si vous voulez y aller dans l’après-midi, faites attention cependant : ils arrêtent de vendre les tickets à 15h, et vous ne pourrez pas voir toutes les parties du palais si vous y allez après 14h30.
  • Il y a différentes options en termes de tickets : la visite classique du palais coûte 60 TL par personne (9€) et l’entrée pour la partie Harem seule coûte 40 TL. Si vous voulez tout voir, il existe aussi un billet combiné tout inclus pour le palais, le harem et le musée de l’Horloge pour 90 TL (14€). Si vous prévoyez de prendre celui-ci, faites en sorte d’arriver avant 14h/14h30, sinon vous n’aurez pas assez de temps et ils refuseront de vous le vendre.
  • L’arrêt de tram le plus proche est Kabataş istasyonu, terminus de la ligne 1. Vous pouvez aussi descendre à Beşiktaş si vous venez en bus ou en ferry.
  • Soyez certains de visiter le quartier de Beşiktaş après votre visite du palais : c’est une zone très vivante, idéale pour boire un verre ou manger après une longue journée de balade dans Istanbul.

10. Çamlıca Camii

Dernier point, mais pas des moindres, Çamlıca Camii (ou Camisi) est un endroit que vous ne pouvez absolument pas manquer. C’est le seul lieu de cette liste situé sur la rive asiatique d’Istanbul, bien que vous l’apercevrez probablement depuis la rive européenne de toute façon. Oui elle est aussi grande que ça!

En prenant le pont du Bosphore, vous traverserez tout d’abord le détroit et passerez d’Europe en Asie. Une fois que vous y êtes, vous ne pouvez pas ne pas la voir. Située sur la colline éponyme qui est aussi le plus haut point de la ville, la colline Çamlıca (Büyük Çamlıca en turc), elle-même dans le quartier d’Usküdar, cette somptueuse mosquée surplombe la ville entière. Elle est également toute neuve, puisqu’elle a ouvert le 3 mai 2019! Nous y étions à peine 10 jours après l’inauguration, et les seuls touristes d’ailleurs, et nous nous sommes sentis vraiment chanceux de voir tous les locaux la visiter eux aussi et prendre encore plus de photos que nous, tous ébahis devant tant de beauté. Un moment vraiment unique dans un endroit vraiment unique!

En effet, la Grande Mosquée Çamlıca d’Istanbul vient ainsi de devenir le plus grand lieu de culte de Turquie, en plus d’être le nouveau monument majeur de la ville. Si toutes les mosquées anciennes dont je vous ai parlé plus haut dans cet article sont toutes chargées d’histoire, de charme et d’authenticité, aucune d’elles n’égale celle-ci en termes de beauté, de modernité et de grandeur. Elle est réellement MAGNIFIQUE et MONUMENTALE, en particulier à l’intérieur. Aucune photo ne peut lui rendre justice mais c’est l’un des endroits les plus impressionnants que j’ai jamais vus, et définitivement la plus incroyable mosquée d’Istanbul selon moi.

Elle mélange à la fois ancienne et nouvelle architecture, bien que le design de son extérieur respecte la tradition des anciennes mosquées turques. Elle est également pleine de symbolisme caché que le public ne peut apprendre que des designers, comme les six minarets représentant les six articles de la foi, et beaucoup d’autres symboles dans chaque recoin – que je ne vais pas ajouter ici au risque de vous ennuyer!

Le plus impressionnant est en fait la quantité et la qualité des détails de la décoration, par exemple l’arche en marbre qui marque l’entrée sur la cour intérieure sur lequel sont inscrits des versets du Coran, ou le dôme bleu central, incroyablement immense, détaillé et magnifique.

Pas seulement une mosquée, mais un réel complexe moderne !

En effet, c’est également bien plus qu’une mosquée, puisqu’elle est dotée d’équipements supplémentaires, comme un musée de 11 000 m², une galerie d’art de 3500 m², huit workshops (ateliers) pour les artistes, une bibliothèque, une salle de conférence en capacité d’accueillir 1000 personnes, et un grand parking pouvant contenir 3500 véhicules. Vous imaginez?? L’intérieur de la mosquée a une capacité de 25 000 personnes mais au total, 63 000 personnes peuvent prier en même temps si l’on inclut la cour intérieure très spacieuse.

Et en parlant de la cour, si le plus époustouflant est l’intérieur de la mosquée, l’extérieur est quand même sublime également, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous.

Quelques pas en dehors de la mosquée, sur l’esplanade, vous offriront également une vue magnifique sur le Bosphore à la périphérie de la colline Çamlıca. Ce qui la rend super spéciale également c’est qu’elle a été construite sur un terrain de 90 acres recouvert de verdure (comme le montre la toute première photo au dessus), pour la rendre plus proche de la nature, à l’inverse des autres mosquées de la ville qui sont coincées au milieu de la jungle de béton.

En bref, je suis totalement tombée amoureuse de cet endroit et je vous recommande absolument de le visiter lorsque vous serez à Istanbul! C’est également une bonne occasion pour aller du côté asiatique de la ville au moins quelques heures, et ensuite revenir en Europe simplement en prenant un pont! Une expérience complète!

Infos pratiques :

  • Je n’ai pas pu trouver les heures d’ouverture précises, probablement parce que c’est tout nouveau, mais je suis sûre que Google va les ajouter très bientôt. Si vous ne voulez pas prendre de risque, allez-y après 9h du matin et avant 16h, ce sera très sûrement ouvert à ce moment là de toute façon.
  • Entrée gratuite bien sûr – et les règles sont les mêmes que pour toutes les mosquées, comme expliqué plus haut pour chacune d’entre elles plusieurs fois!
  • La station de métro la plus proche est Kısıklı, sur la ligne 5. Sinon, venir en taxi était le plus simple pour nous, mais cela dépend de où vous êtes avant bien entendu!
  • Si vous avez assez de temps, explorez le quartier d’Usküdar un plus plus, ou même un autre alentours! La partie asiatique d’Istanbul est en fait bien plus grande que l’européenne (qui est déjà immense), donc même si la plupart des attractions touristiques sont situées en Europe, vous trouverez clairement plein de merveilles en Asie aussi.

BONUS : Si vous avez assez de temps, faites en sorte de visiter le Palais Topkapi en plus de ces 10 spots. Nous n’avons malheureusement pas pu y aller de notre côté mais de ce que j’ai vu et entendu, c’est une réelle merveille qui vaut vraiment le déplacement!

Et voilà pour ma liste des 10 indispensables à voir à Istanbul! Si vous les visitez tous ou presque tous, soyez certains que vos journées dans la ville turque seront bien remplies et intenses!

“Ok, très bien, mais dans quel ordre je fais tout ça?”

Vous trouverez ci-dessous un schéma itinéraire par jour ; les horaires que je recommande pour chaque endroit sont notés plus haut dans les infos pratiques à chaque fois, et correspondent au déroulement proposé ici. Il n’est que sur 3 jours au lieu de 4, car un changement de plan n’est pas rare lorsqu’on voyage, donc au moins vous avez un jour de marge au cas où et/ou pour explorer davantage, avoir un jour de détente et faire des magasins par exemple! C’est l’itinéraire que je recommande d’après mon expérience sur place, mais bien sûr c’est à vous de voir et cela dépend également de là où vous êtes basés dans la ville.

JOUR 1 – Découvrez la culture

JOUR 2 – Soyez époustouflés

JOUR 3 – Explorez des merveilles plus secrètes

J’espère que cet article vous a été utile et qu’il vous a appris beaucoup sur Istanbul, ou même donné envie d’y aller! Soyez sûrs de m’identifier ou de m’envoyer un message si vous utilisez mes conseils pour votre prochain voyage en Turquie, je serais très heureuse de suivre vos aventures. N’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous si vous avez la moindre question. D’ici là, je vous retrouve sur Instagram ou dans un autre article!

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!